D'après quelques interviews, Les Thugs auraient donné environ 700 concerts tout au long de leur carrière, ce blog propose près de 600 dates, donc il reste encore du chemin à parcourir, avant de retracer toutes ces dates de concerts.

Je me suis basé au départ sur l'excellent site de Stéphane Dufour (http://reocities.com/SunsetStrip/Alley/1875/tour.html)

Ensuite, j'ai effectué des recherches à travers pas mal de fanzines (Nineteen, Rock Hardi, Le Légume du Jour, Combo, Abus Dangereux, Bruits & Graffitis, Tant qu'il y a aura du rock...pour ne citer que les principaux) et de magazines musicaux classiques (Best, Rock'n Folk, Les Inrockuptibles). J’ai aussi fouillé sur le net à travers des blogs, des forums ou sur le site de quelques salles de concert, certaines ayant eu la très bonne idée de proposer leurs archives en ligne (ex : le Bikini à Toulouse).

Ces recherches m'ont permis de vérifier, de croiser les données.

Certes, il y a des bugs dans les dates que je propose, quelques fois la date annoncée a été annulée, ou reportée à une autre date, un autre lieu ; aussi vos commentaires et autres informations, rectifications sont les bienvenus et permettront les mises à jour de ce blog.

dimanche 23 février 2014

Setlist 29 novembre 1991 mjc, Hérouville Saint Clair, Caen, France

Thank you Arnaud M. !

Setlist 19 avril 1991 "rock dans tous ses états", hall expo, Evreux, France

Thank you Arnaud M. !

1998 février - Belgium Newspaper "Le Soir" -

Page 42
Mercredi 25 février 1998

Allez Les Thugs !
A l'instar de son groupe, le chanteur des Thugs, Eric Sourice, continue à prôner l'engagement

PARIS, De notre envoyé spécial
Dans les loges de La Cigale, à deux pas de la place Pigalle, l'ambiance est on ne peut plus détendue en  cette fin d'après-midi de décembre. Dans quelques heures, Les Thugs défendront avec classe, conviction et candeur les chansons de leur septième et meilleur album à ce jour, le bien nommé «Nineteen something». Plus que jamais en phase avec leur époque, Les Thugs d'Angers continuent à composer et écrire des chansons sombres, amères voire désabusées sur des toiles de guitares popcore (entre Buzzcocks et Hüsker Dü) soutenues par une section rythmique malsaine et oppressante. Au point qu'on peut se demander ce qui a poussé le groupe des frères Sourice enfin reconnu unanimement à sa juste valeur - avec Noir Désir, un des meilleurs groupes de rock français en activité - à enregistrer encore un album. Rétrospectivement, nous n'étions pas satisfaits du son, de l'ambiance et de certains morceaux de «Strike», notre précédent album,raconte Eric Sourice. Nous avons fait très peu de concerts et nous avons voulu tourner la page très vite en composant de nouveaux morceaux.
Plus ouvert, plus abouti, plus compact et plus varié que son prédécesseur, «Nineteen Something» semble aussi avoir gagné en épaisseur. Chaque album des Thugs reflète une époque où nous avons écouté, vécu et emmagasiné plein de choses. De tout ça, plus notre cuisine à nous, naît un album mais c'est très difficile à analyser parce que ça reviendrait presque à de la psychanalyse. Par contre, j'ai le sentiment que notre musique se rapproche de ce que nous avions envie de faire en mettant sur pied Les Thugs. Je trouve aussi que nos textes ont de plus en plus de teneur.
En évoquant les textes, on ne résiste pas à l'envie de demander à Eric le comment du pourquoi des «Lendemains qui chantent», premier morceau en français en quinze années de carrière : ce sont des expériences comme celles que font Diabologum sur des morceaux mid-tempo où ils réussissent à coller un chant en français que je trouve d'enfer qui ont changé mon a priori par rapport à la langue française.Si «Strike» - qui signifie «En grève» en anglais - coïncidait avec les grèves qui ont secoué la France en 1996, «Nineteen something» joue aussi la carte de l'engagement puisque sa pochette illustre les rafles des Algériens dans le métro parisien en 1961 lorsqu'un certain Maurice Papon était préfet de Paris. Nous étions aussi engagés et impliqués qu'aujourd'hui lorsque nous écrivions des morceaux comme «Dirty white face»,poursuit ce fidèle lecteur de Charlie Hebdo et du Monde Diplomatique. Notre trajectoire n'a pas dévié dans le sens où nous n'avons pas de solutions à apporter mais nous savons ce qui ne va pas et nous avons envie de parler de ces choses-là. Ce qui ne nous empêche pas de parler d'amour et d'amitié, aussi. Nous avons aussi voulu glisser dans le CD quelques photos d'événements marquants de ce siècle comme le Printemps de Prague ou la première guerre mondiale, pour se souvenir. 
En dehors des Thugs, Eric écoute toujours avec autant de plaisir le jazz de Cannonball Adderley, de John Coltrane ou de Miles Davis. Et s'il continue à dire beaucoup de bien de Noir Desir, de Sloy ou de Dominique A., l'aîné des trois frères Sourice avoue se réfugier dans les musées dès qu'il en a l'occasion. Nous avons passé une semaine à New York et lorsque j'ai vu les pastels de Degas au Metropolitan, j'étais sur ma tête. Avant de conclure sur sa place et l'enjeu de son action dans la vie associative angevine : avec mon frère Christophe, nous sommes dans une association qui regroupe la fédération anarchiste et différents groupes libertaires. Nous avons créé un lieu associatif convivial et militant avec des expos, forums et débats publics. C'est un endroit où il se passe des choses socialement et politiquement salutaires. Je ne pourrais pas rester chez moi à ne rien faire, c'est important de s'engager, surtout maintenant, on ne peut plus être neutre.
PHILIPPE MERTENS

Album Les Thugs : «Nineteen something» (Labels; distr. Virgin). Les Thugs seront en concert le vendredi
27 février au Botanique (02-226.12.11); le samedi 28 février au Cahier de Brouillon à Hoogstraten (03-314.32.64) et le dimanche 1er mars à L'Escalier à Liège (04-232.13.21).

Publicité 1987 release "Electric Troubles" LP on Closer records (french label)


Setlist 8 décembre 1990 salle germinal, Bourges, France


1991 Promo Photo


Setlist 11 décembre 1991 espace ornano, Paris, France

Thank you Frédéric L. !

Setlist 7 novembre 1996 les tontons flingueurs, Rennes, France

Thank you Don Key !